Vous n’êtes plus des étrangers… 

 

-----

-----

Dans sa Méditation missionnaire estivale, le P. Wilhelm Steckling, Supérieur général des Oblats de Marie Immaculée nous invite à pénétrer dans l’inter-culturalité.

-----

« Quand nous parvenons à la valoriser comme quelque chose de positif, nous sommes souvent prêts à accepter, dans un premier temps, la coexistence de plusieurs cultures dans un même espace, c’est à dire notre pays ou notre l’église, notre congrégation ou notre province oblate. C’est un pas dans la bonne direction, un exercice vers l’ouverture et la tolérance. On ne considère plus celui qui est culturellement différent comme une personne indésirable, ni comme quelqu’un à assimiler forcément dans la culture dominante. »

-----
Ces étrangers sur nos routes

-----

De prime abord un étranger nous apparaît souvent comme quelqu’un de bizarre, d’étrange, de menaçant même à l’occasion. Il bouscule nos habitudes, nos façons de voir. Et ce qui sort de l’ordinaire fait toujours un peu peur. « L’interaction entre les différentes cultures, souligne le P. Steckling, (…)nous conduit à reconnaître une richesse plus grande des dons de Dieu, en nous comme dans les autres. » Comme tout le monde, j’ai rencontré dans ma vie de ces personnes de prime abord un peu suspectes parce que différentes. Personnellement, j’éprouve de la reconnaissance à leur égard car elles m’ont aidée à prendre conscience que diversité, beauté et harmonie peuvent aller de pair.

----- 

« La richesse des dons de Dieu »

-----

Jacques a grandi dans une famille où les enfants prenaient dans la vie une envolée harmonieuse, à la grande joie des parents. Jusqu’à ce que Jacques épouse une jeune fille africaine. Au village on chuchotait, certains allaient même jusqu’à changer de trottoir à leur approche… Par après, on a pu voir des grands-parents heureux promenant fièrement leur tout nouveau petit-fils en compagnie du jeune couple rayonnant. Devant le bonheur de la petite famille, ils avaient compris que l’amour ne connaît pas de frontière.

-----

Charlotte souffrait de deux « handicaps » pour lesquels on la tenait à l’écart. Non seulement pour les Belges un peu chauvins que nous étions, elle était « La Française », mais de surcroît elle était divorcée ! ... À force de bonjours souriants, de petits services discrets, Charlotte a conquis sa place parmi nous démontrant ainsi que l’on peut être à la fois différents et semblables par le cœur.

-----

Et ces touristes qui envahissaient nos Ardennes au temps des vacances ! Des étrangers avec leurs rires bruyants et toutes leurs questions qui nous paraissaient saugrenues et parfois inopportunes ! ... À mesure que nous prenions conscience qu’eux aussi avaient le droit de profiter de notre belle nature, nous avons commencé à sortir de notre bulle ; quelques-uns parmi nous se sont même fait un devoir d’apprendre des rudiments de néerlandais. La communication devenue plus aisée a fait reculer des préjugés que nous pensions si bien fondés…

-----

Étrangers, Pierre et moi nous l’avons été pour les gens d’ici lorsque nous avons opté pour une nouvelle vie au Canada. Cette distance s’est résorbée au fil des jours parce que nous avons appris à nous laisser apprivoiser. Tout en conservant notre spécificité d’origine, nous avons petit à petit appris à apprécier une manière de vivre différente autant que valorisante.

-----

Tout dernièrement, les media s’interrogeaient sur la façon dont Stephen Harper, Premier Ministre du Canada, avait participé à la célébration de l’Eucharistie lors des obsèques nationales d’un ancien Gouverneur général. Les questionnements allaient bon train : Stephen Harper, d’adhésion protestante, aurait-il dû se présenter pour recevoir la communion ? L’avait-il fait avec tout le respect dû au pain consacré ? Une de nos vieilles oppositions inter-religions semblait vouloir refaire surface… Peu après, la télévision nous montrait Benoît XVI recevant un Premier Ministre détendu accompagné de sa famille au grand complet. Ne s’agit-il pas là d’un signe d’ouverture réconfortant ?

-----

Dans notre groupe de Laïcs associés de Trois-Rivières, le Québec, la France, Haïti et la Belgique, représentés depuis plusieurs années, nous ont amenés à vivre une belle inter-culturalité. La notion de nos origines différentes le cède au charisme d’Eugène de Mazenod que nous nous efforçons de vivre dans un élan à la fois commun et spécifique à chacun de nous.

-----

Au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, la belle saison exige davantage de présence auprès des pèlerins venus d’un peu partout... Chaque année, nous voyons arriver des prêtres aux origines diverses venus prêter main forte à leurs confrères surchargés.

----- 

On se rappelle cette parole de saint Paul aux Éphésiens (2.19). « Ainsi, vous n’êtes plus des étrangers, ni des émigrés ; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la famille de Dieu ». Cette affirmation ne s’applique-t-elle pas également à nous, citoyens du monde de 2009 ?

-----

Étranger au paradis.

-----

En ce temps de vacances, une jolie chanson me trotte dans la tête. « Étrangers au paradis », vous connaissez ?

-----

« Prends ma main car je suis étranger ici…

Étranger au paradis…

Et si tu veux bien de moi, l'étranger dans ton paradis,

Alors nous irons je crois, plus loin que la vie. »

-----

La poésie ne prend-elle pas parfois saveur d’Évangile ?

-----

Denyse Mostert, Trois-Rivières  Partenaire Oblate en mission - Province Notre-Dame-du-Cap  11-07-2009