Persévérance

 

 

---

---

Dans sa lettre pour le 17 février, le P. Louis Lougen, Supérieur général des Oblats de Marie Immaculée, nous invite à célébrer « tant d’années de travail, de luttes, d’énergies dépensées sans compter, de tant de déceptions, mais aussi de joies du Père de Mazenod [qui] s’est sacrifié pour voir enfin son groupe missionnaire approuvé par le Saint Père, et c’est avec une foi persévérante qu’il y est parvenu. »

 

Les difficultés n’ont pas manqué aux premiers Missionnaire de Provence qui sont « touchés de la situation déplorable des petites villes et villages… » et s’en vont vers eux annoncer Jésus Christ. Ils vont devoir composer avec « l’endurcissement, l’indifférence, l’abrutissement » qui ont saisi les gens de la période post révolutionnaire. (*)

 

Ceci me fait penser aux années de la 2ième guerre mondiale. J’étais très jeune à l’époque, mais tout de même assez grande pour ressentir combien l’atmosphère était devenue étouffante. Que de récits j’ai entendus par la suite ! Ils disaient combien le seul fait d assurer la vie de tous les jours était devenu une lutte incessante, comment la crainte d’un bombardement était toujours présente, qu’il fallait savoir se taire pour éviter les dénonciations pénibles entre citoyens et bien d’autres situations malheureuses… Ne fallait-il pas se créer une solide carapace, s’endurcir en quelque sorte pour survivre à tout cela ? Les conflits une fois terminés n’en est-il pas resté une espèce de fatigue tant physique que morale,  une sorte d’indifférence qu’il a fallu du temps à évacuer ? Ce retour en arrière me permet de mieux comprendre la situation à laquelle ont fait face les premiers Missionnaires de Provence.

 

Plus ça va, plus c’est pareil, entend-on parfois dire. Sans pour autant nous abandonner à un pessimisme débilitant, force nous est de constater que les Oblats de Marie Immaculée, ces missionnaires de 2011, ont eux aussi à affronter une réalité difficile.

 

Et nous revoici à la persévérance dont parle le P. Louis Lougen au début de sa lettre. « Je crois que le vœu de persévérance nous engage à ce parcours : grandir comme personnes humaines, comme chrétiens et comme saints ».

 

Persévérer ! Tout est là. Tant pour les Oblats de Marie Immaculée que pour leurs Associés et en fait pour toute personne désireuse de faire connaître Jésus Christ.

 

(Demande d’autorisation. 25 janvier 1816)---

 

---

Denyse Mostert, Trois-Rivières  Partenaire Oblate en mission - Province Notre-Dame-du-Cap  06-02--2011

---