Quand la rencontre devient témoignage…

 

 

---

---

Voici l’été. Le temps des retrouvailles en famille, entre amis, des petites décisions impromptues, des grands ou petits voyages, des pèlerinages aussi où l’on peut assister à de belles célébrations et profiter d’enseignements enrichissants… Des enseignements qualifiés jadis de sermons, mieux connus aujourd’hui sous le doux nom d’homélie.

Je lisais ce matin un passage de la Règle de 1826 à l’usage des Oblats de Marie Immaculée soulignant l’importance pour les missionnaires d’avoir à se préparer par la prière à une bonne prédication. Et le commentateur ajoutait : de nos jours, ayant à notre disposition autant d’outils pour prêcher et catéchiser, il est facile d’oublier la nécessité d’être le porte-voix de Jésus Christ et de préparer nos homélies « à genoux ».

Nous savons tous que l’« homélie » n’est permise qu’aux seuls ministres accrédités. Ceci étant posé, je me questionnais sur la pertinence de ma réflexion de simple laïque sur le sujet.

C’est alors que les mots de l’apôtre Pierre sont venus me rappeler que nous sommes tous appelés « à rendre compte de l’Espérance qui est en nous » et que, quel que soit le nom qu’on lui donne, un témoignage authentique ne peut se préparer en-dehors d’un temps de « retrouvailles » avec Jésus Christ.

Que ce soit donc avant une homélie, une rencontre, un service d’animation ou tout simplement dans la vie courante, n’est-il pas normal de s’imprégner de la présence de Celui-là, dont on désire être le témoin ? De se « re-cueillir », disait quelqu’un, signifiant par là que nous avons à cueillir à nouveau tous les morceaux de notre être, éparpillés un peu partout, et de les re-centrer sur Jésus Christ dont nous voulons témoigner.

À chacun appartient de découvrir la manière de re-cueillir les paroles et les gestes évangéliques qui l’aideront au mieux à « rendre compte » de sa foi en Jésus Christ. Ils feront de lui l’instrument capable de traduire en notes justes la miséricorde divine… parce qu’il aura pris conscience de l’avoir personnellement expérimentée.

Bon été plein de rencontres significatives au cours desquelles nous pourrons dire Jésus Christ « avec une douceur et un respect » qui viendront donner à d’autres le goût de le connaître plus intimement ! 

 

---

---

Denyse Mostert, Trois-Rivières  Partenaire Oblate en mission - Province Notre-Dame-du-Cap  07-06--2011

---