PRIÈRE À JÉSUS-CHRIST EUCHARISTIE 

1. Dieu Notre Père, nous croyons que Tu as créé toutes choses
et que tu t’es fait proche de nous dans le visage de ton Fils,
né de la Vierge Marie par l'action du Saint-Esprit,
pour être notre gage et notre garantie de vie éternelle.

2. Nous croyons, Père plein de bonté,
que, par la force de ton Esprit, le pain et le vin
deviennent le corps et le sang de ton Fils,
nourriture qui soulage la faim sur la route.

3. Nous croyons, Seigneur Jésus, que ton Incarnation
se perpétue dans la semence de ton corps eucharistique,
afin de nourrir les affamés de lumière et de vérité,
d'amour et de pardon, de grâce et de salut.

4. Nous croyons que par l'Eucharistie, tu restes avec nous dans l'histoire
pour alimenter le pèlerin défaillant 
et le rêve de celui qui aspire à donner du fruit par son travail.

Nous savons qu'à Bethléem, dans la "maison du pain",
le Père Éternel nous a fait cadeau, dans le sein de la Vierge Marie,
du pain qu'Il offre à ceux qui ont faim d'infini.

5. Nous croyons, O Jésus, que Tu es présent en vérité
dans le pain et le vin consacrés, perpétuant ainsita Présence salvatrice
et offrant à tes brebis des mets abondants et des breuvages limpides.

6. Nous croyons que sous les apparences sensibles du pain
et du vin que perçoivent nos sens, c'est Toi tout entier qui est là,  
offert en sacrifice et donnant vie au monde,
toujours en quête du paradis.

7. Cette nuit-là au Cénacle, Seigneur,
Quand Tu prenais le pain et le vin entre tes mains
Tu les offrais à tous et à chacun
Pour les années et les siècles à venir.

8. A chaque autel où tu t’offres au Père, Agneau de l'Alliance,
On offre avec toiles fruits de la terre et du travail de l'homme,
la vie du croyant, le doute de celui qui cherche,
le sourire des enfants, les rêves de la jeunesse,
la douleur de ceux qui souffrent
et l'offrande de celui qui donne et se donne à ses frères.

9. Nous croyons, Seigneur Jésus, que ta bonté a préparé
une table pour les grands et les humbles,
et qu'à ta table, nous devenons frères
jusqu'à donner nos vies les uns pour les autres
comme Tu l’as fait pour nous.

10. Nous croyons, Jésus, qu’à l'autel de ton sacrifice,
nous retrouvons la force de notre faible chair 
qui ne répond pas toujours aux aspirations de l'esprit
mais que Tu transformeras à l'image de ton corps.

11. Nous croyons qu'à la table que Tu as préparée pour tous,
il y aura toujours une place pour celui qui cherche,
un espace pour l’exclu,
dépassant ainsi les signes de la mort,
inaugurant des cieux nouveaux et une terre nouvelle.

12. Nous croyons, Jésus, que Tu n'as pas abandonné tes frères à la solitude,
Tu demeures discrètement dans le tabernacle de la conscience
ainsi que dans le pain et le vin de ta table,
comme lumière et force pour le faible pèlerin. 

13. Nous croyons enfin qu'à l'aube de ce Troisième Millénaire
Tu te fais compagnon sur le chemin. 

“Avancer au large” est la consigne
en ce moment de ton Église,
pour construire, pleins d'espoir,
une nouvelle étape de l'histoire.

14. Merci, Jésus au Très Saint Sacrement, de nous inciter 
à une nouvelle évangélisation dans la vigueur de Ta force.

Que ta Mère accompagne ceux qui acceptent
de vivre et d'annoncer ta Parole,
et que son intercession rende féconde ta semence.

Amen.

Traduction révisée de l’espagnol par le Comité Pontifical pour les Congrès Eucharistiques Internationaux

   

ORAISON POUR LE 48ème CONGRÈS EUCHARISTIQUE INTERNATIONAL 

Seigneur, Père Saint,
Toi qui, à travers Ton Fils Jésus-Christ,
réellement présent dans l'Eucharistie,
nous donnes la lumière qui éclaire tout homme 
qui vient en ce monde,
et la vie véritable qui nous remplit de joie;
nous te demandons d'accorder à ton peuple
qui chemine en ce début du troisième millénaire
de célébrer avec confiance,
le 48èmeCongrès Eucharistique International,
afin que, fortifiés par ce Banquet sacré,
nous soyons dans le Christ, lumière dans les ténèbres,
et que nous vivions intimement unis à Luiqui est notre vie.

Que la présence aimante de la Vierge Marie,
Mère de Dieu, nous soutienne et nous accompagne 
toujours sur la route du Royaume.

Par Jésus-Christ, Ton Fils, Notre Seigneur,
qui vit et règne avec Toi, dans l'unité du Saint-Esprit,
Dieu pour les siècles des siècles.

Amen.

 

                                                                                      

Avec Marie, la femme Eucharistique

 

Lettre aux retraitants
du Foyer de Charité de Tressaint
Mai 2003

 

Le 17 avril, au soir du Jeudi Saint, devant tous les fidèles assemblés pour vivre
la Cène du Seigneur, Jean-Paul II signait solennellement la 14ème encyclique
de son Pontificat, sous le titre :

"L'Eglise vit de l'Eucharistie" (EE).
En ce mois de mai, traditionnellement consacré à la Très Sainte Vierge Marie,
nous aimerions reprendre quelques mots de cette extraordinaire méditation.

 


Les idées-force
de
l'encyclique

 

 

 

flhaut.gif (180 octets)

 


Il nous apparaît que les idées maîtresses de cette méditation tiennent en quelques mots. En effet, certains vocables reviennent constamment, qui nous montrent les insistances, peut-être mêmes inconscientes, de Jean-Paul II. Ainsi :

* Le mot "mystère" répété 54 fois, et le mot "liturgie" 13 fois ; nous voyons
combien l'Eucharistie, pour nous chrétiens-catholiques, est "le mystère de la foi". C'est-à-dire que toute notre foi aboutit à l'Eucharistie ou risque de ne demeurer  rien d'autre qu'une théorie au contenu plus ou moins évanescent.
* Mais viennent aussi et reviennent les mots qui, peu à peu, construisent la
pensée théologique de Jean-Paul II : communion (plus de 40 fois), communauté (22 fois), unité (12 fois).
* C'est dans le cadre solennel de la liturgie du Triduum Pascal que JP II a donné cette lettre à l'Eglise et au monde. Il voulait manifester ainsi le caractère sacrificiel de l'Eucharistie :
 
- Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus :
"L'Eglise étend aux hommes
d'aujourd'hui la réconciliation obtenue une fois pour toutes par le Christ pour
l'humanité de tous les temps."
(EE 12).
- Nous célébrons ta résurrection :
"Le sacrifice eucharistique rend présent... le mystère de la résurrection." (EE 14).
- Nous attendons ta venue dans la gloire :
"L'Eucharistie est un avant-goût de la plénitude de joie" (EE 18).

Notre terre tremblant de tant de soubresauts reçoit ainsi, en chaque instant, par tant et tant d'eucharisties, sa chance d'accueillir la paix que promet le Seigneur. JP II le répète :
"Proclamer la mort du Seigneur" jusqu'à ce qu'il vienne" (1Co11,
36) implique, pour ceux qui participent à l'Eucharistie, l'engagement de transformer la vie, pour qu'elle devienne, d'une certaine façon, totalement eucharistique"
(EE 20).


Marie,
la femme
eucharistique

 

flhaut.gif (180 octets)

 

 

 


JP II note tout naturellement que
"si nous voulons redécouvrir dans toute sa richesse  le rapport intime qui unit l'Eglise et l'Eucharistie, nous ne pouvons pas oublier Marie, Mère et modèle de l'Eglise" (EE 53).
Certes, concède-t-il, les évangiles restent terriblement silencieux sur ce thème :
"On sait par contre qu'elle était présente parmi les apôtres dans la première
communauté"
(Ac 1,14) et donc dans les célébrations eucharistiques parmi les fidèles de la première génération chrétienne, assidus "à la fraction du pain" (Ac 2, 42).
Cependant, la communion de la Très Sainte Vierge Marie à ce mystère vient de beaucoup plus loin et nous emporte bien plus avant. L'Eucharistie qui est un mystère de foi "qui dépasse note intelligence au point de nous obliger à l'abandon  le plus pur à la Parole de Dieu" (EE 54) Marie nous éduque à la foi et nous entraîne à faire ce que Jésus demande :

Statue parc Foyer

Statue parc Foyer

Statue parc Foyer

 

- "Marie a exercé sa foi eucharistique avant même l'institution de l'eucharistie, par le fait même qu'elle a offert son sein virginal pour l'incarnation du Verbe de Dieu" (EE 55).
-
"Il existe donc une analogie profonde entre le Fiat de Marie et l'Amen que chaque fidèle prononce quand il reçoit le Corps du Seigneur... Dans la continuité avec la foi de la Vierge, il nous est demandé de croire que, dans le mystère eucharistique, ce même Jésus, Fils de Dieu et Fils de Marie, se rend présent dans la totalité de son être humain et divin, sous les espèces du pain et du vin" (EE 55).
- Mais la Vierge Marie nous apprend à entrer dans le mystère de l'Eucharistie.
Nous pouvons rapprocher la parole de Jésus : "Faites ceci en mémoire de moi" de la parole de Marie aux serviteurs de Cana : "Faites tout ce qu'Il vous dira".
Marie nous montre ainsi que celui qui change l'eau en vin est capable de changer le vin en sang.
 
- Enfin, la Vierge Marie, présente au Calvaire, fait sienne "la dimension sacrificielle de l'Eucharistie".
Marie, recevant cette annonciation douloureuse du vieillard Siméon, anticipe d'une certaine façon le drame du Calvaire, vivant
"une sorte d'Eucharistie anticipée, une communion spirituelle de désir et d'offrande" (EE 56).
- "Faites cela en mémoire de moi" (Luc 22,19). Dans cette parole est contenue tout ce que le Christ a fait et fait encore pour nous. Donc également tout ce que Marie a accompli dans l'obédience parfaite qu'elle faisait à Jésus. Il lui confie le disciple bien-aimé et de la même façon chacun d'entre nous : "Voici ta Mère".
"Vivre dans l'Eucharistie le mémorial de la mort du Christ suppose de recevoir continuellement ce don. Cela signifie prendre chez nous - comme Jean - celle qui, chaque fois, nous est donnée comme Mère" (EE 57).
- La Vierge Marie "fait mémoire des merveilles opérés par Dieu dans l'histoire du salut" (Luc 1,55).
"Chaque fois que le Fils de Dieu se présente à nous dans la pauvreté des signes sacramentels, pain et vin, est semé dans le monde le germe de l'histoire nouvelle.

Marie chante les cieux nouveaux et la terre nouvelle qui, dans l'Eucharistie, trouvent leur anticipation" (EE 57).


Dans les
profondeurs
de la
Trinité Sainte

flhaut.gif (180 octets)

 


JP II propose l'icône de la Trinité de Roublev comme récapitulation de sa contemplation du mystère de l'Eucharistie. Au coeur de l'icône, en effet, Roublev a représenté un calice, sur cette table qui signifie l'autel de ce monde. Mais les trois anges aussi
"forment entre eux une coupe, image de la communion d'amour de la Sainte Trinité - à laquelle tout homme est appelé" (EE 50).
Il termine :
"Mettons-nous à l'école des saints, grands interprètes de la piété eucharistique authentique. En eux, la théologie de l'Eucharistie acquiert toute la splendeur du vécu... Mettons-nous surtout à l'écoute de la Très Sainte Vierge Marie en qui, plus qu'en quiconque, le mystère de l'eucharistie resplendit comme un mystère lumineux. En nous tournant vers elle, nous découvrons la force transformante de l'Eucharistie". (EE 62).
La conclusion du pape devient facilement la nôtre : ceux qui veulent parcourir le chemin de la sainteté n'ont pas besoin de nouveaux programmes. Le programme unique et sûr existe déjà, et c'est le Christ lui-même qu'il s'agit de connaître, d'aimer, d'imiter et d'annoncer. "La réalisation de cet itinéraire passe par l'eucharistie"
.

 

 

Tout au long des retraites de cet été, c'est le Christ ressuscité, coeur de notre vie communautaire et de notre vie chrétienne, qu'ensemble nous célébrerons et que nous annoncerons.
Dans la joie de vous revoir dans une de nos trois maisons, nous vous redisons notre communion en Jésus et Marie.

                                              Tressaint, le 15 mai 2003
                                              Père A.M. van der Borght, Père H. Gosselin
                                              et le Foyer de Charité.