À l’heure de la Foi

 

-----

-----

Graffiti prophétique 

---

Demain n’est certain. Je ne sais qui a un jour réussi l’exploit d’inscrire dans les hauteurs d’un viaduc proche de chez moi, ces quelques mots que les automobilistes ont tout le loisir de lire lorsqu’ils s’arrêtent au feu rouge juste à cet endroit. Quand cela m’arrive, j’ai toujours la même réflexion impatiente : « Qu’est-ce que la ville attend pour effacer cette phrase tellement déprimante ? »

 

Et puis voici qu’en lisant la Méditation missionnaire du P. Steckling, Supérieur général des Oblats de Marie Immaculée, dans laquelle il nous parle d’un second voyage, ce graffiti s’impose subitement à moi. Il me vient la pensée de considérer cette réflexion, qui me paraissait jusque là inopportune, comme (presque) prophétique.

 

Parce que… il est vrai que dans la vie on ne sait pas de quoi demain sera fait. Parce que aussi… depuis le temps que je dois m’arrêter devant ce viaduc, jamais je n’ai laissé ces mots me rejoindre ;  je les ai classés dans mon esprit comme un graffiti parmi tant d’autres, qui m’agaçait en tant que non respect envers la propriété publique. Aujourd’hui, je me sens obligée de m’y arrêter ; ils prennent pour moi un sens nouveau. Ils me conduisent, toute proportions gardées, à ce second voyage que nous aurons tous à effectuer, sans trop savoir dans quelles conditions nous le vivrons.

 ---

Le second voyage

 ---

Cette Méditation missionnaire est consacrée à ce temps où une seconde conversion s’amorce en chacun de nous. La première conversion, écrit le P. Steckling, se passe principalement au niveau de l’esprit et nous stimule à être actifs… Dans cette première étape nous nous sentons responsables de nos vies… Au moment de la seconde conversion, nous perdons le contrôle sur ce qui va arriver. Les choses sont moins claires pour nous puisqu’elles sont abandonnées à la volonté de Dieu. Dans ce second voyage, la fameuse nuit de l’âme [dont parle saint Jean de la Croix] ne nous sera pas épargnée.

 

Et le P. Steckling de nous citer l’apôtre Pierre qui a tout d’abord décidé de suivre le Christ ; à cette étape il est plutôt sûr de ce que cela doit signifier et même c’est lui qui décide ce qui est exclu et ce qui ne devait pas arriver… C’est ce même Pierre qui est averti que quelqu’un d’autre lui mettra la ceinture et le mènera là où il ne veut pas aller.

 

Comment Pierre a-t-il reçu cet avertissement ? S’est-il arrêté à envisager ce changement de cap qu’il aurait immanquablement à vivre ? Ou l’a-t-il au contraire relégué dans un coin de son esprit dans le fallacieux espoir de le voir s’éloigner… peut-être ?

 

Dans nos vies sont dispersés des indices, surgissent des événements par lesquels nous pouvons pressentir, ne fut-ce que confusément, le lendemain. Bien souvent par après nous en apercevons la pertinence de même que la peur qui nous habitait de regarder en face des éventualités que nous aimions croire hautement improbables. Parce que ces perspectives nous dérangeaient… parce que nous étions été tellement sûrs de notre action hautement efficace… parce que…

 

Ces avertissements, j’ai eu à les vivre de belle façon lors de l’adolescence de mes quatre fils. Mes difficultés de les voir grandir, tomber en amour, quitter le toit familial, emprunter des chemins que je n’aurais certainement pas choisis pour eux m’ont souvent fait mal tout en assombrissant parfois l’atmosphère familiale. Parce que je n’avais d’autre solution que de vivre ces phénomènes les yeux grands ouverts, j’ai été à même, avec le temps, de les surmonter. Notre modus vivendi s’est transformé jusqu’à devenir cette réalité d’adulte à adultes que je vis aujourd’hui avec eux.  Je me sens aujourd’hui reconnaissante pour les pertes de contrôle sur la vie de mes enfants qui ont jalonné ma vie de maman. Elles me préparaient à comprendre que, dans la vie, rien n’est acquis une fois pour toutes.

 ---

Marie, femme de foi

---

         Après la mort de son Fils, Marie a vécu un second voyage ; elle aussi a traversé des nuits de la foi… Et pourtant nous la retrouvons au Cénacle en prière avec tous ces disciples qui, pour la plupart, avaient abandonné Jésus alors qu’il mourait sur le Golgotha. Marie a pardonné. Marie a continué à croire en l’amour du Père, en la mission de son Fils et en l’action de l’Esprit Saint.

--

À l’heure du changement

---

Depuis plusieurs années, un grand bonheur m’habite à travailler, dans la mesure de mes moyens, en communion avec la Congrégation des Oblats. Et je voudrais que cela dure toujours !

 

Mais le second voyage se profile à l’horizon. Il m’arrive parfois de me demander à quoi servent tous les efforts de nos communautés vieillissantes dans un monde où les églises se vident, où le message du Christ ne rencontre le plus souvent qu’une indifférence quasi générale.

 

Ce second voyage, je m’efforce de le vivre dans la reconnaissance pour la foi qui m’habite. Pour le cadeau de la vie reçue, pour le cadeau de la Joie que j’essaye de partager.

---

Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. (Mat. 10,8)

 ---

C’est gratuitement, avec toute l’authenticité de notre être qu’il nous faut donner aujourd’hui. Phénomène d’époque ? Une chose gratuite est rarement appréciée. Et pourtant il nous faut inventer des voies nouvelles pour un monde nouveau, encore et encore nous donner sans compter, sans trop savoir quel sera le résultat. C’est dans la gratuité la plus totale que nous devons continuer ensemble pour la Mission. En accueillant des changements devenus nécessaires pour annoncer la Bonne Nouvelle avec les mots et les gestes d’aujourd’hui.

 

C’est une question de Foi, une question de Confiance en Dieu dont nous avons reçu le don gratuit de la vie.  Lorsque nous ne savons plus trop où nous allons, lorsque nous devenons fatigués, désabusés, lorsque nos forces physiques commencent à limiter notre action, n’est-ce pas le moment de nous tourner vers Marie qui nous invite au Cénacle ? Pour y renouveler notre vie intérieure, pour y fortifier notre grand désir de faire connaître son Fils. 

 

Même si demain n’est certain, même si la seule chose que nous ayons à offrir est notre persévérance à vivre, jour après jour pour une Mission que Dieu seul pourra rendre féconde… à sa manière à Lui.

---

--------

Denyse Mostert, Trois-Rivières  Partenaire Oblate en mission - Province Notre-Dame-du-Cap  14-09-2009