HOMÉLIE pour la Messe de la Nuit de la Nativité - (Luc 2, 1-14)

---

--- 

---

Loué soit Jésus-Christ !
---

--

" En ce temps-là, parut un édit de César Auguste prescrivant le recensement de toute la terre. Ce recensement, le premier, eut lieu pendant le gouvernement de Quirinius en Syrie. Tout le monde allait se faire inscrire, chacun dans sa ville. Joseph aussi quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée vers la ville de David, nommée Bethléem, (parce qu'il était de la maison et de la famille de David) pour se faire inscrire avec Marie devenue son épouse, alors enceinte.


" Or, pendant qu'ils étaient là, son terme arriva, et elle mit au monde son fils premier-né. Elle l'emmaillota et le coucha dans une crèche, faute de place pour eux à l'hôtellerie.


" Dans les environs, des bergers qui vivaient aux champs veillaient la nuit pour garder leur troupeau. Un ange du Seigneur leur apparut, la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux, et ils furent saisis d'une grande crainte. Mais l'ange leur dit : « Rassurez-vous : je vous porte la bonne nouvelle d'une grande joie qui va toucher tout le peuple : aujourd'hui, dans la ville de David, un Sauveur vous est né, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici pour vous un signe : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une crèche. » Et soudain se joignit à l'ange une troupe de l'armée céleste, louant Dieu en ces termes : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et sur la terre, paix aux hommes, objets de la bienveillance divine. » "

--

Homélie :

---

---

Noël ! La naissance du Sauveur des hommes ! Cet événement, que nous fêtons aujourd'hui, a eu lieu il y a un peu plus de deux mille ans : nous en avons la preuve historique, car il eut lieu lors d'un recensement ordonné par l'empereur romain de l'époque, César Auguste. Loin de moi de vouloir vous présenter en ce jour une recherche historique concernant l'année exacte, ainsi que le mois et le jour précis auxquels le Sauveur des hommes est venu en ce monde. Qu'il me suffise de croire avec vous, avec la terre entière, que Jésus est né aujourd'hui, 25 décembre, il y a exactement 2012 ans. Car toutes les recherches scientifiques que l'on puisse faire à ce sujet ne mèneront jamais qu'à une probabilité, toujours inférieure à la certitude offerte par la tradition multiséculaire de l'Eglise, et même du monde entier...

Dans tous les pays d'origine chrétienne, on fête Noël aujourd'hui, sauf parmi les chrétiens orthodoxes, qui fêtent Noël le 6 janvier. Mais les uns comme les autres suivent une tradition, ni plus ni moins. D'ailleurs, quelle plus beau mot pourrait caractériser cette fête de la Nativité du Seigneur sinon celui de " tradition " ? Ce mot, en effet, vient du latin " tradere ", ce qui signifie " transmettre ". Or, en ce jour, Dieu nous donne et nous transmet son Fils, sa Parole incarnée, par Marie ! En ce jour, nous fêtons non seulement le Christ médiateur mais aussi Marie médiatrice de la Grâce des grâces : le Verbe incarné ! Et là encore, nous retrouvons le terme " tradition ", car ce que la Sainte Écriture affirme du Christ, la tradition l'affirme et le croit de Marie : la Mère de Dieu est Médiatrice dans l'unique Médiateur, qui est le Christ !


Lorsque Jésus naît, il vient faire partie de cette famille composée de Joseph et de Marie. Ils sont désormais trois, tout comme il y a trois personnes divines dans la Très Sainte Trinité. Mais parmi ces trois personnes humaines, il y en a une qui tient la place intermédiaire entre les deux autres : Marie se trouve entre Jésus et Joseph, car c'est d'elle que Joseph reçoit l'Enfant-Jésus dans ses bras au moment de la naissance du Sauveur. C'est en ce sens, pleinement humain, que Marie est la Médiatrice de la grâce des grâces, c'est en ce sens qu'une simple personne humaine sert à transmettre le Salut de Dieu à une autre personne humaine ! En cette nuit bénie entre toutes, la Vierge Marie, devenue mystiquement Épouse de l'Esprit-Saint au moment de l'Incarnation, est élevée à la plus haute dignité qui soit : celle de donner au monde, en la personne de son époux humain Joseph, le Salut et la Rédemption éternelle !


Il n'y a qu'un seul Médiateur, le Christ, tout comme il n'y a qu'un seul Dieu : " Il n'y a qu'un seul Dieu, et qu'un seul médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus... " (1 Tim. 2, 5). Ainsi, par comparaison et par analogie, les trois personnes de Jésus, de Marie, et de Joseph, ne sont qu'un seul médiateur, et non pas trois, tout comme les trois personnes divines sont un seul Dieu, et non pas trois. Chacun, à sa façon, est médiateur : le Christ, en tant que Dieu et Image du Père ; Marie, en tant que Mère de Dieu et Épouse de l'Esprit-Saint ; Joseph, en tant que croyant et époux humain de Marie. Car Joseph, lui aussi, est appelé à être médiateur dans le Christ Jésus : à l'image de Marie, toute l'Église est médiatrice dans le Christ ! Tous trois forment un unique Corps médiateur de la grâce divine : dans le Christ, et par Marie, l'Église est " le sacrement universel du salut " (Concile Vatican II, Constitution dogmatique " Lumen gentium ", n. 48) !


Qu'en cette nuit bénie, tous nous recevions le Salut en Jésus-Eucharistie, par Marie, Épouse mystique de l'Esprit-Saint, et épouse virginale de Joseph !


Que Dieu vous bénisse, par Marie !

--

Joyeux Noël et Heureuse Année 2017 !

---

Chanoine Dr. Daniel Meynen 

Liturgie pour la Messe de la Nuit de Noël

 -
Si vous désirez écouter cette homélie, il vous suffit de télécharger le fichier suivant :

http://meynen.homily-service.net/an2007/mp3/c3dimavt.mp3

Bonne lecture et bonne écoute !

Découvrez mon nouveau livre : La Communion ecclésiale par l'Eucharistie disponible sur mon site web :

http://meynen.homily-service.net/franc/commeccl.pdf

 

Pour nous aider, vous et moi, à mieux vivre notre foi, j'ai rédigé une Profession de Foi que vous trouverez sur mon site, à cette adresse :

http://meynen. homily-service. net/an2006/ mp3/b28dmann. mp3

Visitez mon site web où vous trouverez quantité d'autres homélies tant pour les dimanches que pour les fêtes :

A bientôt !

Infos : http://meynen.homily-service.net/

Chanoine Dr. Daniel Meynen